Accueil » Partages… » L’ego

L’ego

  • par
ego et âme

Qu’est-ce que l’ego ?

L’ego, cette partie en chacun de nous qui jouit d’un long règne assez agréable. Un règne sur nos décisions, nos actions, nos pensées et notre philosophie générale dans la vie. Cet article sur l’ego n’est pas exhaustif, ni à but psychologique, le sujet étant beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît.

L’ego a un programme qui est principalement en contradiction avec notre ”moi” profond, notre âme. L’âme souhaite que notre être dans sa globalité soit en union avec un grand tout. Elle sait qu’elle accomplit notre but personnel, en tant qu’être humain de notre vivant ici dans sa réincarnation. En parfaite union avec : l’Univers, Dieu, la Source, Gaia, le Tout,… (selon vos croyances, pratiques et philosophies). L’âme sait que de cette union, tout sera limpide. Mais attention, cela ne veut pas dire que nous serons tous les jours recroquevillés aux pieds des anges ou autres esprits supérieurs pendant que nous mangeons nos plats préférés ou regardons nos séries préférées. Cela signifie simplement que nous avons accès au plus épanouissant, de manière fluide, pour notre développement personnel.

De l’autre côté, l’ego sait tout au sujet de cette union. Et il n’est pas sur le point d’abandonner sa place de ”leader” pour « se confondre dans l’humanité et devenir une sorte de personne spirituelle ennuyeuse » ! L’ego est rempli d’idées fausses, de croyances limitantes, et d’attitudes erronées.

En même temps, notre ego ne doit pas être ignoré, oublié, ”tué”. Il a une fonction bien précise tant que nous sommes dans notre corps physique ! L’ego fait partie de nous, de notre équilibre, nous ne devons surtout pas le rejeter. Par exemple, s’il fait trop froid lorsque nous sommes à l’extérieur, l’ego nous suggérera de rentrer à l’intérieur pour réchauffer notre corps physique.

Il est donc sage de penser à l’ego comme cette partie de nous qui s’assure que nous gérons convenablement nos besoins physiques les plus élémentaires. Au-delà de cela, nous avons en nous de bien meilleures facultés qui devraient régir d’autres décisions, et assurer notre épanouissement profond. Dans la plupart des cas, nous n’avons jamais activement développées ces autres facultés. Et du coup, notre ego a volontiers assumé cette responsabilité !

Les rôles de l’ego

Mais pourquoi l’ego n’a pas ces facultés pour nous épanouir ou pour régir nos décisions ? 1ère facette de l’ego : parce qu’il n’a pas les capacités pour accéder à l’Intelligence Universelle, et à l’Amour Universel. A cette puissante énergie, à notre partie divine qui sait que nous avons besoin d’être en union avec l’Univers. C’est vrai, notre ego ne peut pas jouer ce rôle et n’a jamais été censé le faire. L’ego a besoin d’apprentissage approfondi en permanence.

Par exemple, imaginons-nous à l’âge de 8 ans, si nos parents ne nous préparaient plus de repas. Ils nous diraient un jour : « Nous te nourrissons depuis 8 années consécutives. Nous pensons que tu as compris maintenant. Tu sais où se trouve le réfrigérateur et où se trouve les placards. Tu prends le relais maintenant ! »  À partir de ce moment, nous ne mangerions probablement quelques repas très basiques, faciles à préparer et très réconfortants. Car nous manquerions de développement et de compétences pour préparer des repas nutritifs et variés… Si nous n’avons pas un minimum de connaissance, nous ne pouvons développer activement nos capacités et être créatifs.

ego ame esprit

L’ego et l’esprit

La deuxième facette de l’ego est qu’il a formé une alliance avec notre esprit. En effet, il peut être assez facile de penser que notre esprit est en fait l’homme de main de l’ego. L’esprit, par sa nature même, n’est pas sombre, ni égoïste. C’est une partie intelligente et complexe de nous-mêmes, là pour aider notre être dans sa globalité. L’esprit est comme une antenne émettrice et réceptrice de nos énergies divines, avec une puissance et une portée incroyable. Il a des parties conscientes et subconscientes très développées dans notre partie créatrice.

L’esprit n’est pas un leader, c’est un disciple. L’esprit est perdu dans lui-même, et reste en boucle dans des pensées souvent ridicules ou fantasques qu’il stocke. Il attend simplement l’ordre d’aller dans une direction. Et il sera par défaut le meneur le plus persévérant de notre être pour aller dans cette direction définie par l’ego.

Et nos comportements, qui les président ? Pour la plupart d’entre nous, c’est donc l’ego qui préside. Imaginons une personne de 16 ans venant tout juste d’obtenir son permis de conduire ; et on lui donnerait aussitôt la charge de la planification de l’ensemble des routes et du réseau routier… Sans expériences, très mauvaise idée… !

Mais cette alliance ego/esprit finalement ?

C’est l’association des idées de malentendu : l’un est la survie, l’autre l’indulgence ; l’un le pouvoir, l’autre la gratification. Pour résumer, cette association représente les interprétations d’une faculté moindre qui a assumé la responsabilité de quelque chose qui dépasse ses capacités et moyens.

Imaginons, encore une fois, un enfant ayant une autorité au-delà de ses capacités… il aurait tendance à ne gouverner que dans la profondeur qui lui procure satisfaction et bonheur. Cet enfant n’irait pas plus loin et serait incapable de penser ou d’agir au-delà des conditions et comportements qu’il connaîtrait. Il n’aurait eu aucun apprentissage, il ne serait tout simplement pas développé à un tel point pour avoir autorité avec justesse.

Dans le cas de l’ego, il ne se développera jamais à un point tel qu’il puisse conduire un être, certainement pas comme l’âme le peut. L’âme veut toujours accomplir son but ultime qui est l’expression du divin. L’ego peut faire un bon travail pour nous garder en vie, nos vies remplies de drame, de relations malavisées, de dépendances, d’ambitions pour dépasser les autres. Et en recherchant des conditions luxueuses, être admirées pour notre beauté, notre intelligence, notre style personnel et ainsi de suite.

Mais comme nous le savons tous tristement, une vie remplie de ces trophées de l’ego n’offre qu’un soulagement temporaire de l’angoisse émotionnelle de la vie sur Terre. À un niveau plus profond, cette façon de vivre consiste simplement à masquer ce pincement de lèvres de notre âme qui tente simultanément d’attirer notre attention.

L’ego a donc un motif de se glorifier et il a contraint notre esprit à son service. L’esprit a accepté l’ego comme ce guide intelligent auquel il aspire, et continue à satisfaire joyeusement ses souhaits. Quelle que soit la façon dont les résultats continuent à nous éloigner de plus en plus d’un état de vraie paix intérieure et bonheur. Cela crée alors un environnement idéal pour que la bataille de ce qui est bien et de ce qui est mal fasse rage à l’intérieur de nous…


L’âme et l’ego

Notre ego ne peut donc pas être complètement rejeté, tué ou oublié parce qu’il a été créé pour remplir une fonction précise.

Mais alors, comment cela va-t-il fonctionner lorsque nous retirerons ce rôle de leader à notre ego ? A celui qui nous a amené à un tel point jusqu’à ce moment, et maintenant qu’il est rétrogradé au simple rang de compagnon ? Et pour aggraver les choses, nous le remplacerons par l’âme, cette partie qui, en ce qui concerne l’ego, n’existe même pas ! Encore moins expérimenté ou compétente que lui pour garder l’être vivant, bien et confortablement…

Sans oublier l’esprit qui servait fidèlement l’ego et qui par ce fait, a été nommé à un puissant rôle de bras droit en tant que complice de l’âme…

Le nouveau leader, l’âme dit « Esprit, je te veux toujours avec moi, mais maintenant je vais te nommer directeur des affaires créatives ! ». Ce qui est bien loin de son rôle antérieur… 

Nous pouvons imaginer que tout ne sera pas paisible pendant cette période de transition…

Pourquoi il y a des conflits ego/âme ?

Il y aura forcément des conflits. Pourquoi ? Parce que l’ego, maintenant dans une simple fonction d’entretien, ayant perdu son leadership, sait toujours parfaitement où est l’esprit qui lui a une longue allégeance. L’ego n’est pas près d’accepter d’être évincé de la première place, et ce sans avoir combattu.

Gardons à l’esprit qu’il ne s’agit pas seulement de se battre qui est difficile. L’ego se bat parce qu’il croit que l’âme n’a aucune idée de ce qu’elle fait ! Imaginons, l’âme a déjà commencé à examiner et à opposer son veto aux choses que l’ego a passé des décennies à mettre en place. Des exemples de ces choses peuvent inclure certaines attitudes qui n’ont toujours servi qu’à se propulser plus loin dans notre travail, ou encore des dépendances alimentaires pour nous procurer une sensation de plaisir.

L’âme essaiera d’empêcher que nous mangions certaines choses, mais l’ego est consterné par une telle stupidité ! Il nous dirait « Ne sait-il/elle pas combien nous avons de plaisir à manger ces choses ? Qu’est-ce qu’il/elle essaie de nous faire là ? Je dois résoudre ce problème tout de suite ! »

Il faut alors s’attendre à ces petites voix de l’ego et bien d’autres… En fait, nous ne pouvons même pas prédire combien de fois, par combien de façons et de moyens différents, l’ego tentera de soulever des ignominies pour nous montrer à quel point le nouveau leader, l’âme, est pitoyable… Nous pouvons être sûr que l’ego surveillera ces moments où les choses semblent mal aller et profiter de ces moments pour énerver l’esprit (ce ajoutera toutes sortes d’autres émotions d’ailleurs).

Gardons à l’esprit qu’il y a toujours l’ennemi actif qui espère nous convaincre que la direction vers notre ”moi” est une énorme erreur. Il trouvera d’innombrables arguments créatifs, et brillamment orchestrés, pour nous montrer à quel point notre ancienne vie d’ignorance était plus facile, plus agréable, plus amusante, plus gérable et vraiment juste plus acceptable. Car à peu près tout le monde le fait, et ils semblent tous bien se débrouiller…


A consulter également :

Ecouter son corps : le langage du corps, 1ère partie

Ecouter son corps : le langage du corps, 2nde partie

L’âme : comment définir l’âme et le cheminement vers l’âme ?


Comme pour tout article et informations, ne croyez pas forcément tout ce qui est dit ou écrit : doutez, doutez, et doutez ! Faites vous votre propre avis, fiez vous à vos ressentis, faites vos propres recherches : la vérité n’est pas absolue 😉